Les jeux vidéo en France : Un phénomène à comprendre et en évolution

Jeux vidéo en France

Les jeux-vidéo font aujourd’hui partie intégrante de la culture d’énormément de pays, avec des spécificités différentes pour chacun d’entre eux. En effet, cette pratique autrefois réservée à une certaine communauté s’est peu à peu développée pour devenir une véritable industrie générant des milliards d’euros de chiffre d’affaires chaque année.

Si le marché des jeux-vidéo ne cesse d’évoluer de façon mondiale. Le phénomène n’échappe pas à la France avec des chiffres extrêmement positifs. Nous nous baserons ainsi principalement tout au long de ce dossier sur les études effectuées par Le Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs, souvent abréviée par SELL. Ayant pour activité la promotion des intérêts des éditeurs de jeux-vidéo.

Ce sont les statistiques les plus récentes et fiables que nous pouvons trouver actuellement. Elles sont basées sur les différentes composantes du marché Français durant l’année 2017.

Nous allons donc dans un premier temps essayer de comprendre les principaux aspects du marché Français. En analysant son évolution en termes de chiffre d’affaires et d’impact social ainsi que les acteurs qui y sont présents.

Ensuite, nous nous intéresseront plus en détails à la relation des Français avec les jeux-vidéo.

A savoir comment ils sont perçus, les types de joueurs existants ainsi que les jeux les plus appréciés. Puis nous réfléchirons à l’avenir des jeux-vidéo dans le pays en nous basant sur son évolution actuelle. Enfin, nous parlerons rapidement de l’évolution de l’e-sport et des événements relatifs aux jeux-vidéo qui ont lieu en France comme à l’étranger.

 

I. Comprendre le marché des jeux-vidéo en France

 

Un marché en pleine évolution

On remarque tout d’abord qu’il s’agit d’un marché extrêmement lucratif avec un chiffre d’affaires total de 4,3 milliards d’euros. C’est un record historique dans le secteur des jeux-vidéo. On distingue ainsi plusieurs écosystèmes qui le composent et qui participent à cet exploit. Avec dans un premier temps le marché des consoles qui concerne plus de la moitié des ventes. Celui des PC gaming et enfin celui des jeux vidéo sur mobile. Ces écosystèmes sont en nette croissance depuis l’année dernière avec une évolution de 18% sur le marché total.

On notera également que le dynamisme de ce marché repose sur deux grands types d’offres, à savoir le hardware et le software, qui ont évolués respectivement de 22% et 16%.

Le hardware désigne un matériel physique qui est souvent apprécié pour sa qualité de production.

Le software est un logiciel ou une application qui se démarque plutôt par l’innovation.

Un secteur où la mixité est mise en avant

Un des points forts du jeux vidéo est sa capacité à rassembler toutes les communautés par le biais d’une même passion, cassant ainsi bon nombre de préjugés inculqués par la société moderne.

Cela est notamment le cas pour les femmes qui contrairement aux idées reçues sont pratiquement aussi nombreuses que les hommes à jouer régulièrement, avec 53% du côté masculin et 47% du côté féminin.

Un phénomène de mixité qui n’a cessé de s’accroitre durant les dernières années à l’image de l’industrie du cinéma.

Premièrement grâce au développement du secteur qui permet à de plus en plus d’éditeurs de créer du contenu diversifié pour répondre aux attentes de différents types de joueurs.

On remarque que cette mixité est également présente dans les jeux-vidéo en eux-mêmes avec davantage de personnages principaux féminins, ce qui était assez rare il y a encore quelques années.

Mais il n’y a pas que pour les joueurs que cette mixité sociale est mise en avant. Elle s’exprime aussi à travers les acteurs de l’industrie. Bien que les femmes soient encore bien moins représentées que les hommes à ce niveau. La tendance tend à changer pour les prochaines années. Notamment grâce à la promotion des formations professionnelles liées aux jeux-vidéo auprès de jeunes étudiantes par des organismes comme Women in Games, œuvrant pour la mixité dans ce secteur.

Les éditeurs français de jeux vidéo à connaître

La France compte plusieurs gros éditeurs, parfois connus mondialement avec des grands classiques du jeu vidéo. On distingue ainsi parmi les principaux :

  • Ubisoft, 3ème plus grand éditeur indépendant mondial avec un chiffre d’affaires de 1,459 milliards d’euros en 2017. L’entreprise est notamment connue pour les jeux : Rayman, Assassin’s Creed, Tom Clancy, Prince of Persia, Far Cry ou encore plus récemment Watch Dogs. Son activité se concentre principalement sur les écosystèmes console et PC.
  • Gameloft est également un pilier de l’industrie française avec une activité plus tournée vers l’univers des jeux téléchargeables sur tout type de plateformes numériques. L’entreprise développe notamment de nombreux jeux vidéo sur mobile et a réalisé un chiffre d’affaires de 258 millions d’euros en 2017.
  • Focus Home Interactive, un peu moins connu mais qui n’en reste pas moins l’un des plus gros développeurs de jeux-vidéo en France avec un chiffre d’affaires de 79,5 millions d’euros en 2017. On peut par exemple citer le jeu Trackmania qui continue de perdurer depuis sa création en 2003. En partie grâce à l’influence du streamer Zerator et sa ZrT TrackMania Cup. C’est une compétition organisée chaque année rassemblant des milliers de spectateurs.
  • Ankama, créateur de jeux-vidéos et de films d’animation entre autres. Il est principalement connu pour le jeu Dofus ainsi que l’univers qui tourne autour. La société a fait un chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros en 2016 dont plus de 30 millions grâce aux jeux- vidéo.
  • Quantic Dream est aussi un développeur très réputé dans le monde du jeux-vidéo avec des jeux comme Beyond : Two Souls ou Detroit : Become Human. Tous deux très bien accueillis par la critique. L’entreprise a réalisé 14 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015

Le marché des indépendants

Les jeux-vidéo dit indépendants se caractérisent par le fait qu’ils sont développés sans l’aide financière d’un éditeur. Bien qu’ils soient présents depuis déjà très longtemps dans le secteur. Ils ont commencé à vraiment se démocratiser durant les années 2000. Nous pouvons citer le jeu Minecraft qui a grandement impacté le secteur du jeu vidéo en 2009.

Il y a aujourd’hui un réel marché qui y est consacré avec une dématérialisation du jeu-vidéo qui aide énormément à leur distribution. Il y a par exemple le service Steam qui permet de mettre en valeur du contenu indépendant téléchargeable de façon beaucoup plus simple qu’auparavant. De plus, il existe aujourd’hui des formes de financement participatives qui permettent à des petites entreprises de développer leur jeu sans l’aide des éditeurs, avec plus ou moins de budget selon l’engouement des intéressés.

L’industrie du jeu-vidéo indépendant est donc plus forte que jamais grâce à ces possibilités de financement et de distribution. Mais reste encore très effacée derrière les gros éditeurs qui monopolisent le marché.

II. Quelle est la relation entre les français et les jeux-vidéo ?

La perception des jeux-vidéo par les français

Perception des jeux vidéo par les Français

Bien que le caractère violent de certains jeux soit parfois diabolisé par les médias, l’opinion publique semble plutôt favorable à leur développement. Ces derniers ont ainsi une bonne réputation auprès de la majorité des Français. D’après les statistiques présentées par le SELL :

  • 62% d’entre eux pensent que c’est une activité positive
  • 77%, considèrent le jeu vidéo comme un loisir familial
  • 86% trouvent le secteur innovant

On remarque également que le facteur générationnel est flagrant, le pourcentage de joueurs étant dégressif selon la tranche d’âge concernée. Mais cela ne veut pas dire que le jeu vidéo ne concerne que les jeunes.

Pour preuve, la moyenne d’âge est de 34 ans, soit 35 ans pour les hommes et 33 pour les femmes. Ce qui démontre bien que le secteur touche aussi bien les très jeunes que les personnes plus âgées.

Pour ce qui est de la fréquence d’utilisation, plus d’un français sur deux déclare jouer aux jeux-vidéos de manière au moins occasionnelle et un sur cinq se dit être un joueur passionné, selon des études de The Pawn.

 

 

Les jeux les plus joués

D’après les statistiques du SELL, les genres de jeux les plus prisés aujourd’hui sont :

  • la course automobile à 41%
  • les jeux de plateforme à 37%
  • les jeux d’action à 36%

Le secteur reste tout de même assez équilibré en termes de nombre de joueurs, ces derniers étant plutôt bien répartis sur l’ensemble des catégories.

Concernant les best-sellers, on a un podium constitué de :

  1. FIFA 18 de EA qui occupe la première place comme à son habitude. Avec au total 77 561 888 € de chiffres d’affaires et 1 364 000 unités vendues.
  2. Call of Duty : WWII de Activision en deuxième position. Avec 58 469 032 € de chiffre d’affaires avec 1 020 201 unités vendues.
  3. The Legend Of Zelda : Breath of The Wild, le nouveau jeu de vidéo de Nintendo qui a fait un carton. Avec 31 738 446 € de chiffre d’affaires et 511 191 unités vendues.

Ces chiffres sont basés sur les ventes du marché physique de 2017 et concernent toutes plateformes confondues.

III. Quel avenir pour les jeux-vidéo en France ?

 

Une dématérialisation inévitable

L’évolution d’Internet a fait naître de nouveau modes de consommation au profit du contenu en ligne, et cela dans tous les domaines. Les produits que l’on pouvait autrefois acheter en tant qu’objets physiques ont ainsi tendance à se dématérialiser pour être mis à disposition sur le web de façon téléchargeable ou en streaming.

Ce sont les jeux-vidéo qui sont le plus touchés par ce phénomène devant les vidéos, la musique, les livres et la presse avec des revenus numériques atteignant presque 90% des revenus totaux. Une statistique qui montre bien à quel point la dématérialisation est omniprésente dans ce secteur et tout porte à croire que cela va continuer, voire même s’intensifier durant les prochaines années

Un marché en évolution

Face à cela, les distributeurs de jeux-vidéo sont forcés d’adapter leur offre ainsi que leur modèle économique. Les entreprises françaises ont l’air de bien l’avoir compris puisque selon le Syndicat national du jeu-vidéo, 100% d’entre elles proposent une version dématérialisée de leurs jeux.

D’ailleurs, cette dématérialisation semble être de bon augure pour les entreprises françaises, dont 70% de la production est orientée vers les jeux indépendants, qui comme nous l’avons vu précédemment sont fortement aidés par ce nouveau mode de consommation. Nous pouvons donc nous attendre à voir émerger de plus en plus de jeux de ce type en France pour les années à venir.

Les futurs modèles économique

En ce qui concerne les futurs modèles économique, la France va certainement suivre la tendance américaine qui semble être la consommation par l’abonnement. En d’autres termes, le jeu-vidéo sera sûrement davantage consommé via des plateformes de streaming dédiées, comme c’est le cas pour les séries avec Netflix ou encore Spotify pour la musique.

On remarque que ce type de service a déjà commencé à s’implanter dans le pays, à l’image de Sony qui y a récemment lancé son offre de streaming. Elle fonctionne sous forme d’abonnement mensuel permettant d’avoir accès à un catalogue de 480 jeux en ligne. Selon les analystes du secteur, la prochaine génération pourrait ainsi marquer la fin du marché des consoles pour être remplacé par le streaming. Cependant cela ne devrait pas arriver avant plusieurs années, le temps que les technologies permettent d’utiliser ce nouveau mode de consommation de façon fiable et en bonne qualité.

La réalité virtuelle en pleine expansion

Réalité virtuelleAvec un chiffre d’affaires de plus de 2,5 milliards d’euros en 2016 alors qu’elle vient tout juste d’émerger, la réalité virtuelle a déjà séduit beaucoup de monde et va probablement de plus en plus s’affirmer à l’avenir. Cette nouvelle technologie pourrait en effet atteindre 20% des revenus totaux du marché en 2020 selon Idate Digiworld. En France, plus de 35% des entreprises comptent produire des jeux en VR durant les prochaines années. Le pays est également le premier lieu de recherches en Réalité Virtuelle d’Europe grâce à ses nombreux développeurs spécialisés dans le domaine.

La France bénéficie d’un environnement extrêmement favorable au développement de cette technologie. D’une part grâce à l’aide financière apportée par l’Union Européenne pour les recherches, mais également grâce aux organismes comme la French Tech qui accompagnent les start-ups dans leur activité. Enfin, certaines entreprises telles que Virtuality facilitent la mise en relation entre professionnels du secteur afin de favoriser l’avancée des projets liés à la VR.

IV. L’esport en France

Esport - France

Un secteur en évolution

Si certains ne considèrent pas l’esport comme un vrai sport du fait que cela ne demande pas d’effort physique. L’engouement qui tourne autour est quant à lui bien réel et irréfutable. Le phénomène a fait son apparition en France au début des années 2000. Mais les joueurs participant à des compétitions étaient encore très peu nombreux à cette époque.

C’est dans les années 2010 que l’esport commencera réellement à se développer avec des compétitions sur des jeux comme FIFA, Call of Duty ou encore League of Legends.

Au fil du temps, le secteur n’a cessé de grandir avec l’aide des influenceurs. Qu’ils soient vidéastes ou streamers, ou issues des autres médias. Grâce à cette visibilité accrue et à l’audience engendrée, le secteur devient de plus en plus lucratif avec des récompenses très attractives. Jusqu’à devenir une perspective d’avenir pour les joueurs de haut niveau en espérant débuter une carrière professionnelle.

Un secteur difficile

Mais l’esport reste tout de même un secteur assez instable pour les joueurs professionnels. Tout se base sur la durée de vie du jeu concerné, qui est imprévisible et souvent assez courte. Selon Médiamétrie, les types de jeux les plus fréquents dans l’esport Français sont :

les jeux de sport à 43%

les jeux de tir à 34% et les arènes de bataille à 27%.

On remarque que la tendance actuelle est à Fortnite Battle Royale, un jeu de tir qui bat tous les records. Depuis la fin d’année dernière en termes de joueurs et de visionnage avec des influenceurs comme Gotaga sur la plateforme de streaming Twitch. Le jeu a récemment fait preuve de sa volonté à rentrer dans l’esport avec un budget de 100 millions de dollars qui y sera consacré cette année.

La France et l’eSport

La France fait aujourd’hui partie des 3 pays démontrant le plus d’attrait pour l’esport avec 25 millions de dollars de recettes en 2018. Une lucrativité impressionnante qui devrait continuer de s’accroitre et dépasser les 30 millions en 2019. L’audience française semble en effet très intéressée avec plus de 2 millions de téléspectateurs en 2017. Une audience qui va sûrement encore augmenter prochainement vue la proportion que prend le marché et le nombre croissant d’utilisateurs de contenu en streaming relatif à l’esport sur Twitch récemment.

L’esport, levier de communication pour les entreprises

Avec la montée en force de l’esport et la visibilité qu’elle apporte, de plus en plus d’entreprises commencent à sponsoriser des joueurs ou des événements. Voyant en cela une opportunité d’accentuer leur notoriété. Ce sont en majorité des marques de PC ou d’accessoires liés à l’univers du gaming.

Ces dernières ont bien raison de s’intéresser à l’esport puisque selon Médiatrie, 61% de l’audience a déjà prêté attention à des marques sponsors au cours d’un événement. Cela semble être une publicité positive car elle est souvent bien vue par les spectateurs. Ils ont conscience que cela est bénéfique au développement du secteur et donc à la qualité des événements mis en place. Toujours selon Médiatrie, 35% d’entre eux pensent que le sponsoring lors des compétitions améliore l’image de la marque et 28% pensent que leur soutien est indispensable.

V. Les événements incontournables sur les jeux vidéo

A l’étranger

Nous pouvons commencer par citer l’Electronic Entertainment Expo, plus communément appelé E3. C’est un événement international faisant parti des plus grands salons de l’industrie du jeu-vidéo. Il est organisé tous les ans par la Entertainment Software Association (ESA) et a lieu à Los Angeles. C’est sûrement le plus médiatisé avec une diffusion en direct de toutes les conférences des grands acteurs de l’industrie comme Sony, Nintendo ou encore Microsoft. Ils annoncent les futurs jeux et produits qui sortiront lors des mois à venir. Un rendez-vous immanquable pour les passionnés de jeux-vidéo du monde entier qui se rassemblent chaque année depuis la 1ère édition en 1995.

Nous pouvons également parler de la Gamescom, le deuxième plus grand salon de jeux-vidéo au monde derrière l’Asia Game Show avec 350 000 visiteurs et 919 exposants en 2017. Il se tient chaque année à Cologne en Allemagne. L’événement a le même principe que l’E3, à savoir présenter les futurs jeux-vidéo et matériaux de différents éditeurs.

Il y a également des événements plus ciblés comme la Blizzcon organisée par Blizzard et ayant pour but de promouvoir ses propres jeux.

A savoir :

  • Warcraft
  • StarCraft
  • Diablo
  • Hearthstone
  • Heroes of the Storm
  • Overwatch

Des nouveautés y sont ainsi annoncés en plus d’inviter la communauté à participer à des concours de Cosplay. Poser questions ou encore jouer à des jeux en avant-première. Pour finir, on distingue aussi de nombreux des événements axés esport comme la DreamHack organisée chaque année dans différents pays avec des compétitions sur plusieurs jeux.

En France

 

Affiche de la Paris Games Week 2018L’événement principal concernant les jeux-vidéo en France est la Paris Games Week, un salon annuel faisant parti du top 5 Mondial et organisé par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL). Il a notamment fait plus d’entrées que l’E3 en 2017 avec environ 300 000 visiteurs. Il y a cependant souvent moins de conférences qui y sont présentées. Mais cela reste un énorme événement rassemblant des personnes du monde entier autour d’une même passion.

Les événements esport se développent également de plus en plus, comme nous avons pu l’évoquer précédemment.

La DreamHack a d’ailleurs eu lieu à Tours. Cette année avec des jeux comme Fortnite, League of Legends, Hearthtone, Overwatch et bien d’autres.

Il y a même certaines régions de France qui ont l’habitude d’organiser ce genre d’événement annuellement. Tels que la ville de Lyon avec la Lyon esport, notamment réputée pour ses compétitions sur League of Legends.

L’histoire de Game4Free a débuté en 2010, ce n’est pas une communauté, mais un site ayant pour but d’informer sur nos passions.

Depuis 2018, nous avons repris le site de façon sérieuse. Ayant plus de temps pour le mettre à jour et faire part de nos expériences et avis.

Laisser un commentaire