Le cloud gaming : l’avenir des jeux vidéo

Alors que du 11 au 13 juin vient de se tenir le plus grand salon mondial des jeux vidéo à Los Angeles, le cloud gaming confirme sa montée en puissance. Fournisseurs de service, développeurs et éditeurs, tous se lancent dans l’aventure du jeu dématérialisé. Mais en quoi consiste exactement cette nouvelle technologie ? Est-elle vraiment si prometteuse ? Et qui s’y intéresse vraiment ? On vous explique tout.

Qu’est-ce que le Cloud gaming?

Jouer sans se ruiner. Cette nouvelle tendance vise à démocratiser le jeu vidéo en levant les freins actuels. En effet, si l’industrie du jeu est désormais 1ère devant tous les secteurs de la culture réunis en matière de chiffre d’affaires (près de 140 milliards d’euros), son potentiel est loin d’être complètement exploité.

La cause ? Le coût élevé de l’équipement du « parfait gamer » à savoir : un ordinateur puissant (1000€) ou une console (en moyenne 450 €), des jeux oscillants entre 20 et 70 €, sans oublier le casque… Avec cette innovation, finis les investissements à n’en plus finir. Un simple abonnement suffira à accéder à une multitude de jeux, depuis n’importe quel support : écran de télé, téléphone, tablette, ordinateur.

Comment ? Les jeux seront stockés dans des serveurs qui mettront à disposition leur interface sur l’écran de votre choix, au moment voulu. La qualité de jeu ne dépendra plus des supports personnels mais de la puissance des data centers qui vous permettront d’accéder au service.

Quels sont les faiblesses et les avantages du cloud gaming ?

 

Cependant, des questions se posent encore sur la concrétisation de ce projet ambitieux, initié depuis bientôt 20 ans. Est-ce techniquement possible ? Et quels sont les inconvénients éventuels de cette option ?

Les faiblesses du cloud gaming

Si la technologie a bien évolué depuis les années 2000, avec le développement d’une connexion internet à débit enfin satisfaisant, elle n’est cependant pas toujours stable et accessible. C’est le cas notamment dans les zones blanches où l’expansion de cette évolution du gaming prendra du temps.

Ailleurs, même avec un débit conséquent, ce qui risque de poser problème, c’est la puissance et la distance des serveurs. Ceux-ci devront se multiplier afin de limiter le temps de latence entre la commande, faite via touches ou manettes, et la réaction à l’écran. Seuls de vrais progrès d’infrastructures permettront de savourer des jeux réclamant une réponse instantanée, aux millisecondes près. Cette difficulté, ressentie surtout par les joueurs très expérimentés voire professionnels, devrait malgré tout se résoudre avec l’installation progressive de la fibre.

Autre danger, cette tendance en dématérialisant l’accès aux jeux risque de fragiliser la profession des développeurs. Sans vente de jeux physiques, la rémunération de leur travail risque de poser problème, tout comme pour la musique et le cinéma qui pâtissent déjà de cette virtualité. La qualité des créations s’en ressentira-t-elle ?

Les avantages

Malgré ces doutes, le jeu depuis serveur semble promis à un bel avenir. En effet, il faut dire que le nuage a des arguments en sa faveur.

  • Le gain de temps : plus besoin pour le joueur de télécharger un jeu pendant des heures, le streaming permet l’immédiateté.
  • La fluidité à portée de tous : inutile de s’équiper des appareils les plus puissants pour s’immerger dans un univers. Ce sont les serveurs qui supportent la charge des données. Même les graphismes les plus gourmands pourront être mis en valeur sur un matériel ne datant pas de la dernière génération.
  • L’accessibilité : petits ou grands joueurs pourront y trouver leur compte car le système d’abonnement leur offrira la liberté d’essayer. C’est évidemment ce dernier point qui attise particulièrement les convoitises. Il est donc possible d’attirer tout type de profils, même des joueurs occasionnels qui ne verront pas d’inconvénients à dépenser quelques euros pour souscrire un abonnement résiliable à tout moment.
  • La mobilité : comme nous l’avons déjà souligné, les plus accrocs changeront de support et de lieu comme bon leur semble. La partie étant enregistrée sur le serveur, elle pourra s’achever au rythme voulu sur l’écran disponible.

De nombreuses entreprises high tech ont bien compris l’enjeux et se livrent donc une bataille acharnée pour développer leur plateforme en ligne.

Qui sont les principaux investisseurs du cloud ?

Les spécialistes du secteur n’hésitent pas relever le défi. Certains proposent déjà des solutions ou ont déjà bien avancé dans leur conception tandis que d’autres, tels Amazon, Netflix ou Apple sont encore en embuscade. Le challenge est donc très relevé. Petit tour d’horizon des principaux acteurs dont les avancées sont déjà très convaincantes.

Microsoft

Microsoft-cloud-gaming

La multinationale va bientôt lancer xCloud. Ce service sur abonnement via le nuage permettra l’accès, sans console, à son offre Xbox depuis n’importe quel support. Mais les propriétaires de l’appareil ne seront pas lésés. Ils bénéficieront d’une version améliorée, puisque leur console leur donnera la possibilité de réaliser du streaming. Ils pourront ainsi poursuivre le jeu commencé sur leur pc gamer, sur leur tablette ou leur smartphone avec seulement quelques secondes de transition.

Ubisoft

ubisoft-cloud-gaming

L’éditeur de jeux propose, quant à lui, son Uplay+ afin de conforter la présence de ses titres dans le cloud, sachant que cette offre sera aussi disponible sur Stadia. En effet, la société française s’est associée à Google afin de lui permettre d’étoffer son éventail de jeux.

Shadow

shadow-ghost

Pionnier en la matière, l’entreprise française Blade met déjà à disposition, depuis un an, une plateforme de jeux performante pour les gamers plutôt confirmés. Si Shadow risque d’être fortement déstabilisé par l’arrivée sur le marché des grands concurrents, son point fort reste la richesse de son catalogue de jeux. Celui-ci est difficile à concurrencer pour le moment.

Google Stadia

google-stadia

De son côté, Google va lancer avant la fin de l’année (novembre) Stadia, service de jeux décliné en deux options : l’une gratuite avec accès à des jeux au graphisme correct et une autre payante pour une qualité nettement améliorée. Fort de son infrastructure, notamment de son vaste parc de datacenters, le géant peut espérer pouvoir répondre à une forte demande d’accès simultané. Son talon d’Achille est peut-être le manque de diversité de jeux, peu d’éditeurs collaborant actuellement à ce projet.

Sony

Sony-cloud-gaming

Chez Sony, le PlayStation Now est lui déjà en place depuis fin 2017. Avec presque 500 titres accessibles, c’est sans doute la plateforme de gaming la plus populaire. Or, l’entreprise vient de s’associer, au grand étonnement de tous, en mai de cette année 2019, avec Microsoft. Cette coopération devrait encore faciliter la promotion de son service de jeux par abonnement.

Steam Link

steam-link-cloud-gaming

Le système de partage de jeux multi-supports que Valve a mis en place se développe depuis mars 2019 via internet. Rebaptisé Steam Link Anywhere, il donne l’occasion d’une expérience réussie, à condition de disposer du bon matériel pour en profiter.On le voit, les plus grands investissent ce domaine avec détermination. On peut se demander s’ils ne vont pas avec cette révolution de la manière de jouer, miner l’industrie des consoles ou des PC.

Quel avenir pour les consoles ?

consoles

Certains prédisent leur mort du fait du développement de cet univers du gaming. Que les concepteurs de console se rassurent, rien n’est moins sûr ! Pour en être convaincu, il suffit d’observer les nouveaux produits proposés par de nombreux acteurs de cette nouvelle technologie : PlayStation 5, Xbox Scarlett. Ces constructeurs n’étant pas philanthropes, il y a fort à parier que leurs créations ont encore de beaux jours devant elles. Tant que la fibre optique ou la 5G ne seront pas opérationnelles sur tout le territoire, le jeu installé sur console ou PC gamer, restera d’actualité.

Le cloud gagne donc progressivement en compétence. Les différentes industries du jeu virtuel s’attaquent à ce chantier titanesque, convaincues d’y conquérir un nouveau public. Si des questions demeurent, avec cette technologie, le consommateur devrait gagner du temps, de l’argent et, sans doute, toujours plus de plaisir de jeux.

Fermer le panneau